Scènes de la vie quotidienne dans le Shekawati

« Un jour, une découverte » : le temps de l’espoir, en route vers 2021… Comme elle est belle notre planète ! J-3

Lever du soleil sur la campagne dans le Shekawati au nord-est du Rajasthan. Une région semi-aride dans laquelle les hommes éliminent les feuilles des arbres à cette saison pour permettre aux cultures de pousser un peu. Porte ouverte sur le désert du Thar, il fait déjà bon dès le matin.

Se promener dans le jardin et se demander par où commencer.

Être saisi de croiser de si bon matin un martin-pêcheur, ici dénommé Kingfisher.

Croiser toute sorte d’oiseaux qui tout comme les hommes débutent leur journée.

Pénétrer un peu plus profond dans le jardin de la famille Kan Sing Nirvan.

Percevoir un bruissement sur la gauche et découvrir un oiseau en plein atterrissage.

Scruter un peu plus précisément le feuillage jusqu’à distinguer une perruche…

…puis deux perruches qui se fondent dans le paysage.

Se laisser toucher par quelques poteries abandonnées à la terre.

S’amuser en voyant un oiseau masqué.

Mettre le lait sur le feu.

Pendant ce temps, s’aventurer encore un peu plus loin autour de la ferme.

Apprécier quelques tiges de millet cultivé par la famille Sing.

Contempler les petits grains de plus près.

Faire un tour élargi du côté des champs.

Faire connaissance avec le chameau du jeune fils de la famille.

Savourer ce coin paisible et écouter le calme environnant.

Entrapercevoir le toit de la hutte dans laquelle on a dormi cette nuit.

Découvrir un vieux tracteur qui sert moins souvent que le chameau.

Revenir vers le jardin intérieur.

Retrouver les perruches majestueuses qui chantent maintenant sur le haut des branches…

…et nous regardent d’un air interrogatif.

Le Matter Poha est bientôt prêt, cela embaume toute l’arrière cour de la maison.

Un oiseau encore un peu ébouriffé se laisserait bien tenter.

Un autre oiseau tacheté de rouge s’approche aussi pour humer de plus près.

La Poha est cuite, il est temps de déguster le met de couleur safran accroupi en écoutant le chant des oiseaux environnants.

Gouter le riz cuit à souhait et s’extasier en découvrant un oiseau qui tente de se cacher entre les branches.

Puis se préparer à faire griller les arachides et à les éplucher.

Par Nathalie

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Leycuras dit :

    Hummm les arachides !

    Aimé par 1 personne

  2. Amal dit :

    Paradisiaque !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s