Pourquoi faut-il absolument se rendre à Pushkar ?

1. La foire aux chameaux ou « Pushkar Kartik Mela »

Juste après avoir passé quelques jours inoubliables chez les familles de tisserands dans le désert du Thar, se décider un beau matin à partir pour se rendre à la célèbre foire de Pushkar.

Pushkar est une petite bourgade indienne, située en bordure du désert du Thar au Rajasthan, qui a acquis une renommée nationale puis mondiale pour ce qui fut initialement une foire aux chameaux, « The camel fair » ou « Kartik Mela », et qui est maintenant une énorme foire agricole doublée d’un pèlerinage religieux. Tout cela se déroule durant le mois « lunaire », dix jours après Diwali, la fête des lumières, plus précisément entre Prabodini Ekadoshi et Kartik Poornima.

Le jour de la pleine lune du mois lunaire en octobre ou novembre selon nos calendriers occidentaux est le point culminant de la foire et une foule immense envahit alors les rues et les plaines de la ville.

Juste un peu avant d’arriver à Pushkar, s’arrêter quelques instants au mémorial Sindhupati Daharsen Swaraket pour admirer la vue sur le lac Anasagar. Regarder la ville d’Ajmer à une dizaine de kilomètres en contrebas de Pushkar et être totalement éblouis par la vue. Quelques kilomètres plus loin, après bien des méandres à travers les collines environnantes, arriver enfin à Pushkar.

Arriver à Pushkar durant le mois de kartik, c’est comme atterrir sur une autre planète ou débarquer dans un espace-temps jusque-là inconnu et inimaginable pour nos esprits d’occidentaux.

Prendre le temps de se poser dans le charmant hôtel de plein air, installé spécialement à l’occasion de la foire de Pushkar. Il s’agit de ‘resorts’ géants aménagés avec de grandes tentes équipés de tout le confort. Les jardins sont merveilleusement bien agencés et les tentes superbement bien décorées. On trouve à l’intérieur de chaque tente tout le confort nécessaire de la douche jusqu’au service à thé.

Après avoir pris une bonne douche, sortir pour s’émerveiller de l’ambiance si particulière de la grande foire aux chameaux de Pushkar.

Traverser la voie ferrée, lieu de passage incontournable, sous les rayons du soleil arasant et rencontrer à quelques mètres de là, le premier chameau de Pushkar bien paré pour cette grande fête. A peine, quelques minutes plus tard, découvrir une autre charrette, tirée elle aussi par un chameau orné de pompons multicolores.

Réaliser qu’après l’avoir tant attendue, la grande foire de Pushkar, se dévoile enfin sous vos yeux ébahis, comme un kaléidoscope aux milliers de facettes. Pushkar Mela ou Pushkar Camel Fair est la foire la plus colorée au monde avec ses quelques 200 000 visiteurs venus de toute l’Inde et même du monde entier et avec pas moins de 50 000 chameaux.

Il est temps de plonger dans la foule bigarrée et de parcourir les innombrables allées à la découverte des nombreux stands, fureter, acheter des ustensiles de cuisine fabriqués sur place, comme ces petites louches en alu qui servent à enduire les chapatis de ghee ou comme ces katoris dans lesquels on sert les différents mets du repas. La ville est animée sans interruption et les commerces sont ouverts de jour comme de nuit. Se prêter avec délice aux selfies en compagnie des vendeurs du stand de tracteurs John Deer.

S’extasier sans fin devant les étals garnis de nourriture abondante et fraîchement préparée, une autre des nombreuses particularités de la foire de Pushkar.

Pénétrer enfin dans le cœur de la foire, cette fameuse plaine de sable, où campent les familles des chameliers, éleveurs de chevaux et autres animaux (chèvres, vaches et moutons sont aussi de la partie). Avoir la sensation de se trouver soudain plongés en plein cœur du Moyen-Age dans l’une de ces fastueuses foires aux bestiaux.

Un seul bémol, ici les motos et le 4x 4 avoisinent les plus belles espèces d’animaux. Hommes et bêtes vivent ensemble durant les douze jours de la foire et le promeneur côtoie ici toutes sortes de personnages. La vie s’écoule au rythme des blatèrements de dromadaires et des hennissements de chevaux Marwari. La plaine est poussiéreuse mais les hommes, les femmes et les enfants que l’on y croise sont souvent parés de leurs plus beaux atours. Magie de l’Inde qui nous fait passer en quelques secondes du chaos le plus indescriptible à la beauté la plus indicible.

Echanger quelques mots avec le propriétaire des magnifiques chevaux qu’il compte présenter au concours dès demain. Pas peu fier de ses bêtes le Monsieur ! Il faut dire qu’il s’agit de splendides Marwari, ces chevaux des Maharadjas que l’on reconnaît à leurs oreilles orientées vers l’intérieur.

La plaine est un véritable lieu d’échange et de transaction autour de nombreux et magnifiques cheptels.

Croiser toutes sortes de personnages et apprécier la grande variété des rencontres que l’on peut faire à l’occasion de ce grand pèlerinage. Se laisser saisir par le va-et-vient incessant, par la vie grouillante et permanente qui semble ne jamais s’arrêter. Pas de temps mort à Pushkar, c’est peut-être pour cela que l’on se sent si vivant ici.

Dans le lointain, apercevoir les grandes roues illuminées de la foire moderne qui contrastent avec la plaine des campements. Ici comme partout ailleurs dans le monde, la foire aux manèges et aux étals à sensation côtoie la foire aux bestiaux. Il y a de quoi assouvir les besoins de consommation des pèlerins de passage. Les bijoux de pacotille côtoient les plus belles œuvres artistiques, il y en a pour tous les budgets.

S’arrêter pour déguster quelques chapatis cuits sur le feu par une charmante jeune femme et savourer le curry qui les accompagne. Régler le repas d’une famille de passage qui n’a pas les moyens de le payer car cela fait partie des coutumes locales des pèlerins de la Foire de Pushkar, pour s’assurer d’avoir ensuite un bon karma.

Arpenter à nouveau les allées de la grande foire et se perdre dans la foule démesurée et bigarrée.

Admirer quelques sculptures de sable primées pour la Pushkar Fair. Œuvres d’art qui nous rappellent à chaque détour l’aspect éphémère et fugitif en toute chose.

Le marché a envahi toutes les rues, il n’y a plus aucun repère si ce n’est la voie ferrée et les grandes roues qui tournent inlassablement sur fond de pleine lune et de collines avoisinantes.

Admirer le coucher de soleil unique de Pushkar et se retrouver face à soi-même, homme ou femme parmi la multitude et l’immensité de l’Inde et de ses mystères insondables.

La nature se joue des hommes et nous renvoie à nos éternelles questionnements jusqu’à faire apparaître le soleil qui se couche entre les deux cornes d’un taureau.

En fin de soirée, rentrer à la tente et s’endormir sous la toile et ses décors de charme, le cœur léger, le corps épuisé, l’esprit comblé de ces mille rencontres.

Les autres bonnes raisons d’aller à Pushkar prochain épisode ! A la recherche des temples fastueux : Pourquoi aller à Pushkar? – Rencontres et découvertes, ici et ailleurs (travel.blog)

Par Nathalie

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Amal dit :

    👍le coucher de soleil entre les cornes du taureau !!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s